Hidden Figures (les Figures de l’Ombre) ****

Réalisé par Theodore Melfi, Hidden Figures nous place en pleine guerre froide pendant la course à l’espace.

Et si on rajoute la ségrégation, on se retrouve à suivre trois femmes black, surdouées, qui calculent dans l’ombre pour la NASA.

 

Basé sur une histoire vraie, le film arrive à nous plonger dans les années 60 comme si on y était.

En effet, pendant la guerre froide, les Russes et les Américains bataillaient pour envoyer en premier des hommes dans l’espace.

A ce moment-là, la NASA avait un budget illimité pour l’univers. Maintenant, les gens tirent la tronche préférant des meilleurs soins qu’une base sur Mars (et on ne peut pas leur en vouloir).

L’heure n’est plus aux rêves et aux étoiles.

Plus personne n’allume la télé pour voir le décollage d’une énième fusée Ariane 😀

Pourtant, il fut une époque où les yeux étaient rivés sur les écrans et où le monde se passionnait pour les astronautes.

On retrouve un peu de ça avec les aventures de Thomas Pesquet, à bord de l’ISS, mais en moindre mesure.

Et quand il a fallu préparer la trajectoire pour John Glenn (Glen Powell dans le film – oui Chad dans Scream Queens :D), et bien la NASA pouvait compter non seulement sur son ordinateur IBM 😀 mais surtout sur les femmes de l’ombre comme Katherine G. Johnson, le petit génie des maths.

Pourtant, c’était pas gagné.

Elle est femme, elle est noire.

Dans un monde d’hommes blancs.

Hidden Figures Day 41

 

C’est tellement compliqué pour elle, que même pour aller faire pipi, elle doit sortir du bâtiment, galoper 1 km, pour rejoindre les toilettes pour noires les plus proches.

Bah oui, faudrait surtout pas que son cul de black se pose sur la lunette des poulettes blanches.

/facepalm

Je trouve ça tellement stupide que je me demande comment le monde a pu vivre une époque pareille.

Même Kevin Costner (son chef dans le film) trouve ça absurde et casse le panneau des toilettes réservées aux blacks.

« A la NASA, tout le monde pisse de la même couleur » qu’il a dit !

(Et pas que là bas d’ailleurs).

D’ailleurs, autant vous dire que j’ai trouvé Kevin Costner ultra canon dans ce film. Ça me fait plaisir de le revoir au top de sa forme, car il a toujours été un de mes chouchous depuis Robin des Bois, Prince des Voleurs.  Je suis contente de voir qu’il vieillit plutôt pas trop mal 🙂 Dommage qu’il n’ait plus l’occasion d’avoir un vrai rôle digne de sa qualité d’acteur.

Bref.

Tout en nous divertissant, Hidden Figures nous envoie un message fort :

La discrimination, c’est de la merde.

Qu’importe le sexe, qu’importe la couleur de peau, y’a des génies et des boulets partout.

Et sans ses femmes magnifiques et formidables, les Russes auraient peut-être été les premiers à poser leurs petons sur la Lune.

« C’est un petit pas pour l’homme, mais un grand pas pour la vodka ! »

 

oghiddenfigures

Mes hommages mesdames !

 

4/5

 

Une réflexion sur “Hidden Figures (les Figures de l’Ombre) ****

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s