Fantasia

Ils sont peu nombreux les gens à aimer ce film.

D’ailleurs, Fantasia, depuis le tout début a toujours été critiqué.

Par les critiques musicaux d’une part, pour qui les accords agressaient leurs oreilles et par les critiques cinéma, qui voyaient dans ce film, un ensemble de scènettes ridicules.

Le contraste pour eux entre le niveau de culture nécessaire pour l’appréciation de la musique classique et le dessin animé, forcément destiné aux enfants, était trop important pour faire de Fantasia, un film intéressant.

(Bande annonce du 75ème anniversaire de Fantasia avec des images de Fantasia 2000)

Et pourtant, je trouve que c’est un bijou.

Bien sûr, le film de 1940 a vieilli. Et malgré les restaurations, le dessin fait pâle figure comparé aux longs métrages actuels réalisés à grand renfort d’ordinateurs et de 3D numérique.

Pourtant, il a du charme.

L’animation est lente, certes, mais tu sens le crayon, (archaïque ?) encore sur le film. Et, j’apprécie toujours ça dans les vieux Disney.

Il m’aura permis un premier rapprochement avec la musique classique quand je n’étais qu’une petite fille. Pourtant, je ne suis pas une grande amatrice !

Fantasia, comme la purée de petits pois, c’est l’art de présenter sous une nouvelle forme, quelque chose non appréciée par une population donnée.

Avec moi, ça fonctionne.

Fantasia est donc découpé en 7 (ou 8 selon la version du film) dessins animés qui illustrent une musique choisie par Disney.

On trouve un concert abstrait avec la Toccata et Fugue en ré mineur (Bach), un ballet de la forêt grâce à Casse Noisette (Tchaïkovski), Mickey qui s’essaie au ménage magique sur la musique de L’Apprenti Sorcier (Dukas), la naissance de la Terre et l’extinction des dinosaures sur le Sacre du Printemps (Stravinsky), les fêtes de Bacchus sur un fond de mythologie grecque (ouais c’est un gros mélange) avec la Symphonie Pastorale (Beethoven), les autruches et les hippopotames qui font des ronds de jambe sur la Danse des Heures (Ponchielli), et un délire démoniaque sur fond d’Ave Maria (Schubert) et de Nuit sur le Mont Chauve (Moussorgski).

 

J’ai longtemps feuilleté mon album 45 T sur la Symphonie Pastorale qui est un de mes passages préférés dans Fantasia.

J’ai aussi souvent tenté de reproduire les dessins des belles centaures.

fantasia
Elle (Zioublacadabra) en version Fantasia

Je sais qu’il a d’ailleurs été critiqué un nombre incalculable de fois.

On leur a demandé de faire porter des soutifs à ces centaures cochonnes.

Les petits culs des cupidons étaient jugés obscènes.

vlcsnap-2017-01-17-16h06m16s693

Et les centaures-zèbres étonnamment noires ont vu leur apparition raccourcie pour cause de racisme (ce qui est malheureusement probablement vraie, mais à remettre en contexte tout comme Tintin et Banania).

vlcsnap-2017-01-15-19h43m56s112

Et pourtant, je trouve toujours ces familles de licornes (Petit Poney !!!) et de Pégases, et ces couples de centaures, très beaux 🙂

vlcsnap-2017-01-15-19h32m44s995

C’est un moment de légèreté et de bonheur qui relaxe l’âme.

Dommage toutes ces critiques que l’œil enfantin ne décèle pas.

Non, lui, il apprécie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s