The dressmaker

Il m’arrive régulièrement d’attendre avec un œil plus que critique les adaptations des livres que j’ai adorés.

Mais beaucoup de films m’apportent l’effet inverse. A savoir, me donner envie de lire l’œuvre dont est tiré l’adaptation cinématographique.

C’est ce qu’a réussi à faire « The dressmaker » film réalisé par Jocelyn Moorhouse avec la magnifique Kate Winslet.

(Je trouve que l’image pour représenter la vidéo Youtube a particulièrement bien été choisie, non ? :p)

Oui Kate Winslet est superbe. Elle occupe LE rôle principal du film. Sans elle, je n’aurais sans doute pas eu autant de plaisir à le regarder (je ne parle pas de Liam).

dressmaker-kate-red

« The dressmaker » raconte l’histoire de  Myrtle « Tilly » Dunnage qui retourne dans son village (australien) d’enfance 20 ans après son départ.

Styliste populaire de Haute Couture à Paris, elle revient prendre soin de sa mère Molly, devenue sénile et surtout, retrouver sa mémoire.

Tilly se croit maudite et elle pense qu’un élément oublié de son passé en est la cause.

dressmaker-kate

« The dressmaker » est un film à contrastes.

Visuellement d’abord, quand l’outback tranche avec les luxueuses tenues fabriquées par notre héroïne.

Puis par les émotions que procure le film.

On arrive en effet à passer du cocasse au tragique en l’espace de quelques secondes.

J’aime ce mélange des genres souvent apporté par les films coréens. Ici, dans le désert australien, il est servi par le jeu des actrices.

Les personnages sont un peu caricaturaux pour servir l’humour saupoudré sur les tranches de désespoir en sandwich avec la tristesse.

Non parce que la pauvre Tilly est vraiment maudite.

C’est sa mère, qu’elle pensait aider, qui finalement va la sauver d’une dépression certaine.

Tilly est un mélange de bonne fée (qui rend les femmes belles avec ses robes) et de Belle au Bois Dormant (la malédiction qui attend d’être levée) dans un conte cruel.

the-dressmaker-machine-a-coudre

En fait, c’est con, mais j’ai tellement aimé l’ensemble du film, que je ne sais par quel fil vous le dérouler.

En plus, je n’ose absolument pas le spoiler, car il mérite vraiment d’être (re)vu.

Et pour prolonger ce moment divin, je vais aller bouquiner le roman de Rosalie Harm.

 

 

Une réflexion sur “The dressmaker

  1. Tentant… dernièrement j’ai adoré Kate Winslet dans Beauté Caché. Enfin… son rôle n’est pas énorme, mais disons plutôt que cela m’a fait plaisir de revoir cette actrice que j’aime beaucoup, au cinoche !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s